Collège Louise Michel ~ Alençon

Programme REP+ (Réseau d'Education Prioritaire renforcé)

Vie du collège › Projets et sorties

Fil des billets

La classe de 4B publie la troisième édition du Journal Libres Paroles, édition spéciale sur le harcèlement.

Capture.PNG
 

Un collège engagé contre le harcèlement scolaire !

La classe de 4B du collège Louise Michel d'Alençon a souhaité s'impliquer dans la lutte contre le harcèlement à l'école en rédigeant un journal spécial sur cette thématique.

Au fil des 6 pages, nous découvrons les causes et conséquences du harcèlement, des reportages, témoignages et surtout la mise en valeur des actions menées par toutes les classes de quatrième afin de lutter contre le harcèlement à l'école....Un vrai travail de journaliste encadré par madame Lefebvre, professeur de français, madame Monnerie, professeur documentaliste et Nathalie Houdayer, journaliste Ouest France.

Nous vous souhaitons une bonne lecture !

Cliquez sur la pièce jointe pour découvrir et lire le journal au format PDF.

 

Les cinquièmes nous racontent...Les fourberies de Scapin

scapin.jpg

Le jeudi 13 octobre dernier, Scapin était au théâtre d’Alençon pour nous présenter ses mille et une fourberies : coups de bâtons et rires assurés…..

Avec les 4èmes CHAT, nous sommes allés à la représentation de cette célèbre pièce écrite par Molière et mise en scène par Christian Esnay, qui joue Scapin dans la pièce.

C’est l’histoire de deux pères : Argante et Géronte qui reviennent de voyage, bien décidés à marier leurs fils Octave et Léandre contre leur volonté. Les deux jeunes gens vont alors faire appel à Scapin, le valet de Léandre pour déjouer les plans de leurs pères. Comment Scapin s’y’ prend-il ? ………C’est ce que nous avons découvert sur scène…

Nous avons trouvé ce spectacle un peu lent et le langage soutenu était parfois déroutant. Néanmoins, certains passages nous ont plu : le mariage heureux des jeunes gens à la fin et la scène des coups de bâton évidemment. Nous avons aussi trouvé que l’arrivée des comédiens dans la salle était surprenante et l’interaction avec les spectateurs bien amenée.

En somme, nous recommandons ce spectacle à un public averti : il faut connaître un peu l’histoire (assez complexe) pour suivre ce qui se passe sur les planches. On peut alors se laisser embarquer par les facéties de ce fourbe de valet….

 

Les élèves de 5èmes A

nuage_de_mots.png

 

Regards d'élèves sur la pièce de théâtre Djihad

 DJIHAD 

 

            Alerte aux émotions ! Trois belges débarquent à Lonrai, pour vous faire pleurer et rire, et vous montrer l'affolante réalité.

            Ça s'appelle Djihad, c’est écrit par Ismaël Saidi qui est également le metteur en scène. Cette pièce se jouait dans la petite commune de Lonrai à 15h, à l'intention de 3èmes et de lycéens. En effet, la thématique est quand même plus abordable pour les adolescents et adultes.

Dans ce spectacle, 3 comédiens belges incarnent 3 personnalités différentes.

            C'est l'histoire de 3 jeunes garçons, qui décident d'aller faire le Djihad en Syrie pour se battre contre les mécréants (personnes non croyantes). Un peu pommés, ces trois djihadistes, qui ne savent pas vraiment ce qui les attend et vont découvrir qu'ils ont été manipulés, vis à vis du Coran, qu'ils n'ont jamais complètement lu. Comme il l’explique dans cette réplique : '' Le Coran ne parle que d’amour, pas de guerre. Nous avons été manipulés mon frère, mais pas seulement par le système, par les nôtres aussi.''

            On ne prête pas attention au décor minimal car le jeu des acteurs est captivant et nous plonge dans l'univers du spectacle. En guise de décor, quelques chaises et un écran où défilent les images représentant des lieux.

On ressent une véritable angoisse quand le « rigolo » et le moins confiant des trois, devient fou et veut se venger de la société qui est contre lui, en faisant exploser une grenade.

            Si vous aimez voir vos émotions chamboulées, passer du rire aux pleurs et vous mettre la réalité en face, ce spectacle est fait pour vous. En tant qu'élèves de 3e, ce spectacle nous a beaucoup appris : ce qu'était le djihad, comment les hommes et les femmes se font embrigader et tombent dans une spirale infernale. Nous savons aussi que ce mot a été détourné de son sens.

 

Clémence Lepaisant et Mathilde Chauvel, élèves en 3ème CHAT, collège Racine

 
   

Les troisièmes, sensibilisés à la radicalisation grâce à la pièce de théâtre Djihad

 

Le mardi 27 septembre 2016, deux classes de troisième ont eu la chance d'assister à la représentation de la tragi-comédie belge Djihad, pièce de théâtre reconnue d'utilité publique, qui aborde le radicalisme et ses conséquences.

54d4589435700d75226b3782.jpg
 

C'est sous forme de comédie que le metteur en scène, Ismaël Saïdi, évoque l'histoire de trois hommes qui partent combattre en Syrie. L'histoire, racontée sur le ton de l'humour, s'achève de manière tragique et permet ainsi aux élèves de poser de nombreuses questions lors du débat qui suit la représentation. Ainsi, les jeunes sont invités à exprimer leurs émotions, à parler, à partager les interrogations, leurs doutes, leurs peurs...C'est l'occasion pour eux d'être entendus, et d'avoir enfin des réponses à certains interrogations qu'ils n'osaient pas poser avant. Comme l'explique si bien Monsieur Joutel, principal du collège, « L'échange avec la salle par les questions des élèves a été un moment riche pour l'exposé des points de vues de l'auteur. Il n'y a pas eu de réactions inadaptées pendant et après la pièce, le message porté par les trois acteurs n'a pas choqué nos élèves. »

 

La représentation aura forcément marqué les élèves puisque cette pièce « fut un moment instructif, comique et tragique ». L'avantage de cette pièce est que son objectif « n'était pas de faire une leçon de morale mais de décrire des points de vues de trois jeunes perdus (…) Entre la victimisation, les clichés et l'antisémitisme, ce périple expose une galerie d'idées en lien avec l'actualité. » Cette exposition permet de mieux comprendre le sujet et de laisser de côté les amalgames, les a priori, les idées préconçues ou déformées. Si la pièce peut être perçue comme un outil de prévention à la radicalisation, c'est d'abord et avant tout, selon Ismaël Saïdi, « un objet exutoire qui permet de parler d'un sujet tabou ». L'objectif est atteint.

 

Ce travail de prévention fait partie du parcours du citoyen et se poursuivra auprès des quatrièmes avec la projection au cinéma du film de Marie Castille Mention-Schaar,  Le ciel attendra . Cet outil permettra de poursuivre cette approche d'un phénomène qui nous apparaît irrationnel pour tenter de le comprendre.

 

La prévention est en marche...
 

PROJET POESIE 4ème B

La classe de 4 B du collège Louise Michel d'Alençon qui avait rédigé les deux journaux intitulés « Libres Paroles » ont proposé un troisième projet : celui de la poésie en hommage aux victimes des conflits dans le monde.

Les élèves furent particulièrement touchés par les divers événements dramatiques de cette année 2015/2016, ils ont donc souhaité, à leur manière, à véhiculer un message de paix et de tolérance.

Après l'écriture de poèmes, les élèves ont réalisé un montage vidéo comprenant :

  • la réalisation de dessin et de stop motion

  • la mise en voix des poèmes sur la musique « un automne à paris » d'Ibrahim Maalouf.

Le résultat est assez poignant et les élèves, à nouveau, sont très fiers du résultat.

Nous vous invitons à télécharger la vidéo sur le lien suivant :

https://mega.nz/#!UFc2ma4J!imbdKrlyuw85UDiSkmn7qTvtasMp7GS7j1vSQOQqtQ

Nous vous souhaitons une belle écoute !

 

LES ELEVES DE 4ème B TERMINENT L'ANNEE EN POESIE

4bpoesie.jpg

Nous voilà déjà à la fin du mois de mai, et la classe de 4B n'a pas cessé de travailler ! L'année est passée si vite. Après deux journaux, la classe s'est initiée à la poésie. L'objectif reste le même : écrire pour rendre hommage et véhiculer un message de paix.

Le résultat en est très émouvant : de belles poésies individuelles, au message très fort. Le tout sera mis en voix et en image d'ici le 3 juin.

La classe en effet participe au concours de la Citoyenneté de l'Orne. Espérons qu'avec les 2 journaux, les poèmes, les vidéos qu'ils ont mené, ils auront une chance de gagner !

Nous leur souhaitons bon courage et les félicitons pour leur merveilleux travail fourni toute cette année.

Madame LEFEBVRE

Quelques témoignages d'élèves :

Duygu :

« J'ai beaucoup appris cette année, que ce soit en Français ou culturellement. J'ai découvert qu'il n'y avait aps que des personnes heureuses...Je ne me doutais pas que des gens pouvait se faire harceler, maltraiter, tuer...Grâce à cette année, j'ai eu la chance de rendre hommage à des humains, des enfants qui meurent tous les jours inutilement. J'ai appris que la vie n'est aps si facile que je le pensais. La classe a changé, en mieux. Avant personne ne voulait travailler, maintenant on veut travailler, tous ensemble. Je pense que nous sommes devenus de bons citoyens on se respecte tout en travaillant ensemble, quelle que soit notre religion, notre origine. C'est beau je trouve. On forme une belle équipe, de tous les pays du monde, c'est bien là qu'on représente les valeurs de la république : on se considère égaux, nous sommes fraternels et on est libre de s'exprimer, d'agir sans que l'un se moque de l'autre. »

Coralie :

« Avant, je n'osais pas aller vers les autres. J'ai pourtant progressé dans mes relations, j'ai pris le goût d'être avec les autres. Les projets menés cette année pour lutter contre les injustices sont la preuve pour moi que tout le monde doit rester tel qu'il est, il est unique, si les autres ne sont pas contents, c'est à eux de se remettre en question. J'ai pris le goût de l'écriture, du dessin, des exposés...MA timidité a été vaincue grâce à ces épreuves. Maintenant, je regarde plus les informations avec mes parents, et on en discute ensuite.

Je prends mon nouveau rôle de citoyenne très au sérieux et je trouve vraiment que le harcèlement ce n'est pas juste. Il faut tous se souder contre. Tout signe de violence ne doit pas avoir lieu et doit être puni. C'est mon sentiment. Je trouve que toute la classe a gagné en autonomie et concentration. Nous avions ce don pour l'écriture, tout se faisait rapidement. On a eu cette envie de réussir, cette envie de s'appliquer et on s'est soudés pour. C'est un énorme travail que nous avons fournis, mais on en est super content. »

Béverline :

« Je peux dire qu'en début d'année, la classe ne travaillait pas vraiment en harmonie...Mais dès le premier journal, la classe s'est soudée. L'atmosphère est plus détendue...Je pense que ces projets nous ont beaucoup apporté...Nous avons découvert ce qu'est un djihadiste et pourquoi il faisait cela. J'ai compris la bêtise du harcèlement, l'horreur des attentats...Quand on est « dedans » on comprend mieux les sujets évoqués. J'ai été sensibilisée par ces enfants victimes, ils sont innocents, ils subissent des horreurs...et pourtant ils gardent la joie de vivre. Alors je prends modèle sur eux. Ils ont eu beaucoup de courage, je prends ma force en eux. J'ai ouvert mes yeux sur le monde, je suis moins égoïste : entre ceux qui meurent de faim, ceux qui ont peur de la guerre, on change quand on voit que nous ça va ! »

 

 

LES ELEVES DE 5ème A AU SALON DE LIVRE JEUNESSE D'ESSAY

SalonEssay1.jpg
 

Les élèves de 5A se rendent à la 9è édition du salon du livre jeunesse d'Essay qui met à l'honneur la musique et les arts plastiques

Les élèves de 5A accompagnés de quelques élèves de 5B poursuivent leur parcours artistique et culturel en se rendant à Essay durant la matinée du samedi 30 avril.

Tout d'abord impressionnés lors de leur arrivée, les élèves ont rapidement trouvé leurs marques dans ce nouveau lieu où tous leurs carnets de voyage étaient exposés.

« La sortie était très bien, nous avons été très bien accueillis ; on s’est vite intégré, ça m’a plu. »

Certains qui n'avaient pas eu le temps ou osé la veille sont rapidement allés voir l'illustrateur Bruno Pilorget, toujours aussi disponible et à l'écoute, pour les lui montrer.

SalonEssay2.jpg
 

Ensuite, à l'aide d'un questionnaire que les élèves devaient remplir, ils ont rendu visite à chacun des stands pour rencontrer les autres auteurs / illustrateurs du salon : Lucie Albon, Marie Sellier, Vanessa Hié, Michel Honaker, Pascale Breysse, Pascale Gueillet et Martine Perrin.

« J’ai vraiment aimé cette sortie,  il y avait plusieurs artistes dont une qui dessinait avec ses doigts. C’était très intéressant. »

La matinée s'est poursuivie avec la participation aux ateliers proposés par le salon : maquillage, coloriage, peinture, perles et jeux de société qui ont remporté un vif succès.

« Il y avait plusieurs activités sympathiques à faire. J’ai beaucoup aimé quand les personnes nous ont accueillis et appris à jouer aux jeux de société. »

Une première participation pour les élèves riche en découvertes, échanges et rencontres, que beaucoup aimeraient reconduire.

Mme Ozenne, Mme Colin, Mme Monnerie et Mme Lefebvre

 

SALON DU LIVRE JEUNESSE D'ESSAY 2016 … LES 5A RENCONTRENT LE CARNETTISTE ET ILLUSTRATEUR BRUNO PILORGET

Essay1.jpg
 
Le premier voyage de Bruno Pilorget : le Sénégal. Depuis, cet illustrateur-carnettiste breton est allé dans de nombreuses destinations : l'Asie avec le Vietnam, la Palestine, la Bretagne avec Ouessant,… Ce vendredi 29 avril après-midi, Bruno Pilorget a fait une halte à Alençon pour rencontrer les élèves de 5A au collège Louise Michel. 1h15 de rencontre qui a passé très vite …
Tout d'abord, Bruno Pilorget a expliqué aux élèves son expérience de carnettiste et ses rencontres avec les habitants de ces différentes destinations. « Pas plus de dix minutes pour un portrait, et puis si le portrait n'est pas ressemblant, je recommence. Ce n'est pas grave, c'est un dessin … » Pour chaque dessin, il se souvient de l'ambiance du moment et de l'environnement…
essay3.jpg
 
Il leur a aussi parlé de son travail d’illustrateur en atelier pour des magazines et pour des nombreux ouvrages de littérature jeunesse notamment ses derniers livres édités Monsieur Chocolat et Les enfants de l'espoir. 
Ensuite, les élèves ont présenté leur travail. Depuis janvier, à travers leurs lectures, leurs recherches et les différentes activités en français, en arts plastiques et au CDI, les élèves ont travaillé sur le thème du voyage. Les élèves ont été fiers de présenter leurs carnets de voyage imaginaire – exercice très difficile selon le carnettiste car lui a besoin d'être dans le pays pour dessiner. Certains ont même lu quelques extraits.
Enfin, Bruno Pilorget a invité les élèves à poursuivre leurs talents de dessinateur dans un carnet notamment lors de leurs voyages pendant les vacances … « Tout le monde est capable de dessiner….»
En attendant, si vous souhaitez voyager virtuellement, les carnets de voyage de nos élèves seront prochainement exposés au CDI.
Un grand merci à toute l'équipe du salon du livre jeunesse d'Essay pour l'organisation (http://livre.paysdessay.over-blog.fr/)
Un grand merci à Bruno Pilorget pour sa gentillesse et son talent http://www.bruno-pilorget.com/
Un grand merci aux élèves pour leur travail. Bravo à eux !  
Mme Ozenne, Mme Colin et Mme Monnerie

RENCONTRE AVEC LE GROUPE DE MUSIQUE CHARLY L TRIO

LUCIOLE_1.jpg
 
LUCIOLE_2.jpg
 

Lundi 2 mai 2016, les élèves de 6ème en classe Cham (Classe à horaire aménagés musique) sont allés à La Luciole rencontrer le groupe de musique pop Charly L Trio (des musiciens de la région). Un concert et un échange pour les élèves avec beaucoup d'humour ! Les élèves ont été ravis de cette belle rencontre.

                          Mme Bourgoise, professeur d'éducation musicale

 

"RACONTE - MOI UNE OEUVRE D'ART" EN CLASSE DE 6ème

Marjo1.jpg
 

Sur le principe de « Raconte-moi une œuvre d’art », l’artiste Plasticienne Marjolaine SALVADOR-MOREL est venue au collège rencontrer les élèves de 6B , de 6C et les Cm2 de l’école Jules Verne. Quelques parents ont également  assisté et participé  à cette rencontre.  Ancienne dentellière, formée au Point d’Alençon, Marjolaine Salvador-Morel utilise le fil nylon, pour créer des Chrysalides de dentelle. Des œuvres en volume qui portent cet artisanat vers l'art contemporain.

Des questions sur sa démarche et son parcours ont été posées par les différentes classes  et l'artiste  en a alors profité pour présenter des lectures qui ont guidé ses choix artistiques. Elle a expliqué aux élèves qu’une œuvre d’art pouvait être vue de différentes façons : «  Plusieurs lectures d'une œuvre sont possibles, nous sommes tous différents. Il n'y a pas une solution. Nous sommes tous uniques avec différentes histoires ».  Et de conclure son intervention sur le potentiel de chacun : «  On a tous un trésor en nous et c'est à nous de le découvrir » Cette rencontre venait compléter un travail interdisciplinaire en français , arts plastiques et documentation.

 

- page 2 de 13 -